Mon job de rêve en tant que début de génération z / bref j’ai 20 ans.

Je vois beaucoup d’hypothèses passer à notre sujet : les millennials / la génération Z. Qui de mieux pour en témoigner que nous-même ?

Les millennials, nous sommes une génération née entre 1980 et 1999. Pour ma part je suis née en 1998, je me rapproche plus de la génération Z et je me reconnais également dans leur vision des choses. Grâce à mes expériences en entreprise, mes rencontres et mes recherches, j’ai constaté que nous n’avions pas exactement les mêmes attentes que les générations précédentes.

Aujourd’hui je souhaite vous apporter mon témoignage, bien sûr il ne s’applique pas à toutes les personnes de ma génération. (il m’est propre)

J’ai commencé à intégrer le monde de l’entreprise à 17 ans lors de mes premiers stages et de mes jobs étudiants. J’avais à l’époque une image faussée et stéréotypée de l’entreprise, du patron autoritaire et du manque de flexibilité.

Puis j’ai eu différentes expériences, qui m’ont permis de connaître le monde de l’entreprise, d’en apprendre les codes et de cerner mes besoins pour être épanouie au travail.

Effectivement, être épanouie au travail a toujours été un de mes objectifs. Après avoir analysé des expériences de personnes issues  d’autres générations, j’ai remarqué que nombre d’entre elles ont subi un travail qui ne leurs plaisaient pas. Cela a bien sûr affecté leur bonheur global, puisque l’on passe 70% de notre temps au travail. Cela m’a donc motivée à trouver ma vocation pour m’épanouir au quotidien, j’ai donc fait de mon métier une priorité.

J’ai alors défini mes attentes sur différents axes : les valeurs partagées avec les personnes au sein de l’entreprise, l’ouverture au changement, l’écoute des idées, la prise de responsabilité, l’ambiance au sein de l’équipe, le droit à l’erreur, la reconnaissance.

Tout d’abord dans ma première expérience, la prise de responsabilités et d’initiatives a été source de satisfaction. On m’a donné la chance de proposer mes idées et de conduire des projets. Cela m’a apporté beaucoup de fierté et de challenge. J’ai aussi été boostée par la reconnaissance et la confiance de ma supérieure. L’ambiance d’équipe a également été un pilier durant mon alternance. Cela m’a permis de me sentir bien moi-même, et motivée au travail. J’aspire aussi à être entourée de personnes ouvertes d’esprit, partageant mes valeurs de tolérance et de respect qui me paraissent indispensables pour une réussite collective, la diversité est donc un véritable plus qui m’encourage à intégrer une équipe.

En revanche, ce que j’ai moins apprécié durant mes jobs étudiants était la répétition des tâches, le management autoritaire, et l’impossibilité de prendre des initiatives. J’ai également été surprise par le manque de reconnaissance et parfois d’écoute pour le travail accompli. La répétition des tâches, notamment sur des postes à la chaîne a été source d’ennui, de frustration et de mal physique. J’ai conclu que lorsque l’on aime être au cœur de l’action, créer des choses et apporter des idées ce n’est pas une source de bien-être que de faire la même tâche en continu. Je pense que tout dépend de la personnalité de l’individu et qu’il faut choisir un poste et des missions en fonction de ses besoins.

Après 3 ans en entreprise : 3 stages, 1 année d’alternance, et 5 jobs étudiants, j’ai défini réellement mes attentes pour mon futur job :

  • Une entreprise qui partage mes valeurs : l’ouverture d’esprit, la tolérance, la bienveillance, l’engagement et la créativité.
  • Un travail et une équipe qui me permettent d’apporter mes idées, mon énergie et de mener des projets. Cela induit également une culture d’entreprise ouverte au changement et à l’évolution. Étant de nature entrepreneuse c’est très important pour moi. J’ai aussi le goût du challenge et j’aspire à sortir de ma zone de confort pour me dépasser.
  • Des missions variées qui me permettent de développer mes compétences et de répondre à ma curiosité et mon besoin d’apprendre.
  • L’ambiance d’équipe : je serais davantage motivée si je suis entourée d’une équipe soudée avec une bonne entente.

A présent mon souhait est de réaliser différentes expériences, pour développer au maximum mes compétences et dépasser mes limites !

Je pense que ces attentes peuvent effrayer certains recruteurs, pourtant nous sommes une vraie valeur pour une entreprise. Remplis d’énergie, de curiosité et d’enthousiasme nous sommes prêts à nous investir et à apporter nos idées au service de l’entreprise.

Pour conclure, je dirais que ce qui démarque notre génération réside dans le fait que nous ne voyons pas le travail comme une obligation sociale mais comme l’exercice d’une activité que l’on a choisie.

            Et vous quel est votre job de rêve ?

2 commentaires sur « Mon job de rêve en tant que début de génération z / bref j’ai 20 ans. »

  • Superbe article !

    Apprecier son travail c’est tellement important à mes yeux! Comment pourrais je me lever moi, l’eternel procrastineur 😁, chaque matin pour faire un travail dans lequel je ne m’epanoui pas. Impossible !

    J’ai souvent eu ce genre de discussion avec deux amis qui me disent ne pas apprécier ce qu’il font mais vu que c’est « bien payé ». J’imagine même pas leur humeur au travail car comment être de bon humeur lorsqu’on fait quelque chose qu’on aime pas 70 pour cent de sa journée et ayant pour seul motivation l’argent.. Après c’est une source de motivation comme une autre mais je sais que personnellement cela serait impossible.

    J’ai d’ailleurs moi même fait un choix il y a 3 ans où j’étais technicien itinérant informatique un job plutôt bien payé mais qui nécessite de faire de la voiture tout le temps dans tout le Rhône Alpes je l’ai fait 2 ans pendant une année et demi tout allait bien mais cela devient vite usant de conduire tout les jours 3 a 4h par jour et j’ai donc fait le choix de changer de chercher un poste de technicien informatique sédentaire car je n’avais plus le goût chaque matin de me lever, de conduire et de prendre donc des risques en voiture et le travail d’équipe me manquait ! Bien m’en a fait car aujourd’hui certes en entrant dans ma SS2i j’y ai perdu en salaire mais j’ai retrouvé un goût de travailler, d’être entouré de collègue avec qui on délire d’un chef qui est pour l’échange d’opinion , d’une entreprise qui récompense le bon travai et d’un bon client. Et aujourd’hui ce choix paie car je suis en passe d’évoluer professionnellement au statut de team leader et tout ça je sais que je le dois au fait que j’aime mon travail et que sans m’en rendre compte je fournissais des efforts qui ont donne envie a mon entreprise de récompenser mon travail.

    #racontagedelife 😜

    Mais je conseil vraiment comme tu le fait de bien lister les attentes recherche lors de sa recherche d’emploi et regarder un peu plus loin que le salaire qui doit rester certe un facteur important mais pas que car comme tu le dis on passe 70 pour cent de son temps au travail et apprécier son travail c est vraiment augmenter sa qualité de vie.

    😀

    • Bonjour ! Merci d’avoir pris le temps de nous parler de ton expérience ! 😉 Je te rejoins il est difficile voire impossible pour certains d’entre nous de faire un métier qui ne nous plaît pas ! Faire ce qu’il nous plaît me paraît être évidemment le bon choix. Le confort au travail peut effectivement passer avant le salaire, surtout si cela nous permet d’être plus heureux par la suite ! Félicitation d’avoir eu le courage de changer de direction pour accomplir ton souhait. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *