Aujourd’hui j’ai 21 ans, je suis en Master de stratégie digitale, je travaille en agence de communication, je suis blogueuse et freelance. Mes études et ma vie professionnelle sont essentielles pour moi, et je vous dis tout sur mon parcours, partage un avis honnête et réponds à vos questions.

 

Je vous raconte tout dans cet article 😉

 

 

1) Post bac – la poursuite d’étude et le choix d’orientation

 

Au lycée, j’ai choisi de faire un bac STMG spécialisation Marketing, ayant déjà une affinité avec cette matière. Cela m’a permis non seulement de faire une filière plus professionnalisante pour mieux m’adapter au monde de l’entreprise, mais aussi d’acquérir les bases du marketing pour la suite. J’ai rencontré quelques obstacles :  notes moyennes, bulletins insuffisants pour rentrer dans les écoles que je souhaitais, difficultés à progresser dans les matières scientifiques…

 

Comment ai-je surmonté mes difficultés ?

 

En persévérant j’ai réussi à obtenir les résultats que je souhaitais.

Cela a nécessité de mettre mes loisirs de côte, de passer mes temps libres à réviser à la bibliothèque et de me forcer à changer mes habitudes pour m’améliorer. J’ai également demandé de l’aide à mes professeurs et à mes proches dans les matières les plus compliquées. Après quelques semaines/mois j’ai constaté des améliorations. J’ai aussi changé de place en cours et privilégié des fréquentations fixées davantage sur les études. Ce sont des sacrifices, mais si vous rencontrez des difficultés à l’école je vous recommande sérieusement de le faire.

 

Mon conseil pour mieux apprendre

 

faire des fiches de révision et les relire régulièrement / poser des questions en cours / se faire aider par des personnes compétentes dans les matières.

 

-> Avec le recul ce que cela m’a apporté / mon avis :

 

je dirais que cette filière m’a ouvert des portes. Pourtant au lycée, de la part de certains enseignants ou d’élèves, les filières technologiques étaient dévalorisées. Je pense que les mentalités doivent évoluer sur ces sujets, et l’éducation encourager la professionnalisation. Lors de mes études supérieures j’ai pu rencontrer beaucoup d’élèves ayant des bacs technologiques, qui avaient des objectifs précis et des résultats à la hauteur. [Dans ma filière autant de bac techno que généralistes + quelques bacs pro]

 

APB – une galère, plus difficile que le bac. [maintenant « Parcours Sup »]

 

Pendant l’année du bac, j’ai choisi mon orientation.

 

Comment ai-je trouvé mon orientation ?

 

Pour trouver mon orientation j’ai comparé les formations sur ONICEP, j’ai échangé sur les formations avec des étudiants, mes proches, et assisté à des salons. En m’intéressant aux matières proposées par les formations j’ai compris que j’avais déjà une préférence pour la communication.

Malheureusement, il y avait peu de formations publiques dans ce domaine et je n’avais pas les moyens de me financer une école privée. J’ai visité les écoles, échangé avec des élèves et les différents responsables pédagogiques afin de comprendre les formations pour établir si j’avais le bon profil. Je me suis rendue aux journées portes ouvertes, montré ma motivation. Malgré mes efforts j’ai vu mes candidatures refusées…

J’ai donc fait la procédure de rattrapage des vœux APB où j’ai réussi à obtenir des acceptations pour plusieurs BTS qui m’intéressaient. Je vous conseille donc de ne pas baisser les bras car on peut toujours trouver des portes de secours.

 

-> Ce que j’en retire / ce que j’aurais fait si c’était à refaire :

 

je trouve qu’il y a peu d’accompagnement au lycée pour la poursuite post bac et que c’est assez flou pour les élèves. J’ai vu des élèves abandonner en voyant leurs voeux refusés. C’est dramatique car il y a d’autres moyens pour trouver une école.

 

Avec le recul, je me rends compte qu’il y a d’autres possibilités pour continuer ses études que les voeux classiques :

 

1. Faire des vœux de “rattrapage”

2.Trouver une formation privée (en initial ou en alternance)

3.Envisager une autre formation qui pourra nous amener par un chemin différent à notre but

 

Ces possibilités permettent de continuer même avec ses vœux refusés, je vous conseille de vraiment trouver des solutions par vous-même pour atteindre vos objectifs, et de ne pas baisser les bras. Pour ceux qui n’ont pas les moyens de financer une formation, je recommande d’envisager l’alternance, où les frais de scolarité sont pris en charge par l’entreprise. (et bien d’autres avantages).

2) Bac+2 – BTS assistant de manager / stages de communication

 

La formation – bts assistant de manager

 

À la suite de mon bac j’ai décidé de continuer en BTS assistant de manager (à l’école La Favorite – Lyon) où j’ai pu étudier des matières professionnelles : management, économie, droit, gestion, anglais, communication… Et ainsi développer mes capacités, ma posture professionnelle et mon sens critique. Cette formation plutôt généraliste, me permettait de rebondir par la suite sur des études en communication comme je le souhaitais.

 

Le BTS assistant de manager pour quel profil

 

aimant travailler sur des matières concrètes, réaliser des missions sur le terrain, avec un attrait pour la communication et le management. Cette formation demande de la rigueur, le sens du détail, et de bonnes aptitudes à l’oral.

La communication a vite été ma matière préférée. J’ai donc décidé de faire mes stages dans ce domaine pour confirmer mes ambitions et développer mes compétences.

 

Comment ai-je trouvé mes stages en communication ?

 

Pour trouver mes stages, j’ai d’abord élaboré une candidature sérieuse et demandé des lettres de recommandation à mes professeurs. J’ai ensuite transmis ma candidature à tout mon réseau proche, puis aux entreprises partenaires de l’école et d’autres entreprises dans lesquelles je souhaitais travailler. Les premiers stages sont les plus difficiles à trouver à cause du peu d’expérience que l’on a, donc c’est grâce à la détermination, à l’anticipation et à son réseau qu’on peut les trouver de mon point de vue.

 

Pourquoi la communication ?

 

J’ai choisi la communication car j’aimais le côté créatif dans la réalisation de visuels notamment, le côté communicatif étant de nature très sociable et la variété des missions possibles.

 

Mon premier stage – chargée de communication interne  :

 

Il a été réalisé dans une agence commerciale du groupe ONTEX où j’étais chargée de communication interne. Volontaire, et bien accompagnée par ma tutrice, j’ai eu la chance de réaliser des missions enrichissantes = déploiement de la communication digitale en interne (écran tv), organisation de teambuilding & workshop, travail sur les valeurs, réaménagement interne…

Grâce à cette première expérience j’ai pu confirmer mon orientation et faire la différence entre la partie théorique vu en cours et la partie terrain qui sont différentes. Cela m’a aidé pour la suite à continuer dans ce domaine.

 

Mon deuxième stage – chargée de communication externe  :

 

j’ai fait mon deuxième stage au sein du cabinet d’avocats DBKM avocats où j’ai travaillé en tant que chargée de communication externe. J’avais pour mission de travailler sur le prototype du site internet : charte graphique, logo, maquettes, contenus. J’ai donc fait beaucoup de recherches, de l’auto-formation et gagné en autonomie, car je n’avais pas encore de compétences dans ce domaine. Travailler en cabinet d’avocats m’a aussi permis de découvrir l’univers du droit, qui a été extrêmement enrichissant. (et de supers tuteurs).

Ayant beaucoup apprécié les missions du web et sur le terrain cela m’a donné envie de trouver une future formation dans ce domaine en alternance.

 

-> Avec le recul, ce que le BTS assistant de manager et les stages m’ont apportés / mon avis :

 

Même si j’étais stressée par l’idée d’avoir de premières expériences en entreprise, j’ai adoré être sur le terrain. La concrétisation de mes savoirs m’a permis d’évoluer mais aussi de déterminer mon futur métier, ce qui n’aurait pas été possible seulement avec des cours théoriques. Je recommande à tout étudiant qui en a la possibilité de réaliser des stages pour connaître les métiers (on peut être surpris par la différence école/réalité) et être sûr de ses choix. Mais aussi pour la suite, car très vite on est choisi pour notre expérience et non par notre diplôme, que ce soit pour les alternances, les postes ou les écoles.

 

Les obstacles que l’on rencontre en stage / les solutions :

 

Durant mes stages j’ai rencontré des difficultés lorsque je devais accomplir des tâches, utiliser des logiciels que je ne connaissais pas. En entreprise, les professionnels ayant une charge importante de travail  n’ont pas toujours le temps de nous accompagner sur toutes nos tâches et c’est bien normal.

J’ai donc pris l’habitude de faire des recherches, regarder des tutoriels et appris par moi-même pour accomplir mes missions. Je vous recommande d’essayer de gagner de l’autonomie par vous-même et de vous faire confiance, grâce à l’auto-formation.

 

Le système éducatif  ce que j’en pense vraiment :

 

Je trouve cela dommage de voir encore des systèmes qui proposent des formations uniquement théoriques car aujourd’hui il est indispensable d’avoir de vraies expériences sur le terrain (dans beaucoup de domaines) pour deux raisons :

– Pour déterminer son orientation : il est indispensable de découvrir les métiers sur le terrain pour déterminer ses choix.

– Aujourd’hui les entreprises choisissent des candidats ayant de l’expérience professionnelle y compris les étudiants.

 

Choix de la poursuite d’études, choix de l’école, candidature, projection…

 

Arrivant en deuxième année de BTS, il était temps pour moi de déterminer mon projet professionnel. Grâce à mes deux stages précédents, je savais que je voulais continuer dans le milieu de la communication, en apprentissage pour avoir une expérience pro. Je souhaitais également avoir une licence dans le public pour avoir un diplôme reconnu par l’État et valable à l’étranger.

 

Comment ai-je choisi ma licence ? mon école ?

 

Pour choisir ma licence, j’ai consulté les sites des IUT lyonnais et plus largement en France en comparant les formations en alternance. J’ai privilégié les formations qui proposaient des matières dans la communication digitale & web car je pensais que c’était l’avenir. J’ai ensuite choisi 10 formations en France dans lesquelles j’ai postulé : CV / lettre de motivation / lettre de recommandation de mes professeurs + tuteurs de stages. En parallèle j’ai commencé ma recherche d’alternance (mois de janvier) en envoyant des candidatures tous les jours à des entreprises, faisant un tableau de suivi et en envoyant des mails de relance 15j après ma candidature envoyée.

J’ai également postulé dans des formations en initiale dans le cas où je ne trouverais pas d’alternance.

Par la suite j’ai eu des entretiens dans les établissements. Pour préparer mes entretiens j’ai réalisé un portfolio regroupant toutes mes créations réalisées en stage. J’ai également écrit un pitch de 5 minutes pour me présenter lors des entretiens. J’ai aussi participé à des formations gratuites pour les entretiens, proposé par l’université de Lyon I et de Lyon III. Grâce à tout ça j’ai réussi mes entretiens dans ces IUT. Etant acceptée dans plusieurs écoles, j’ai choisi ma formation avec mon employeur, pour son contenu et le rythme d’alternance. Nous avons retenu la licence pro E-business à l’IUT GEA de l’université Lyon I.

 

Comment ai-je trouvé mon alternance ?

 

Après avoir envoyé +50 candidatures, contacté les entreprises partenaires des IUT, participé à des salons de l’alternance j’ai réussi à obtenir des entretiens. Tous les entretiens n’ont pas abouti mais 5 entreprises ont été intéressées par mon profil. Après avoir passé 4 entretiens, sur 3 mois avec le Groupe APICIL j’ai décidé de réaliser mon alternance dans ce groupe en tant que chargée de communication interne. J’ai choisi ce groupe pour ses valeurs, pour les intervenants que j’ai rencontrés et également pour une expérience dans une grande structure.

 

3) Licence pro e-business / alternance

 

J’ai donc poursuivi mes études à l’IUT de Lyon I en licence pro e-business. Cette formation a pour objectif de préparer aux métiers du webmarketing. Des intervenants professionnels nous donnent des cours en marketing digital, communication, social media, développement web, web design, PAO et vidéo. Ce sont toutes les bases nécessaires pour travailler dans le digital.

 

Projet digital – création d’un site web

 

Pour concrétiser nos compétences nous avons eu un projet sur l’année où l’on devait créer un site internet et une stratégie digitale pour un client.

Durant ce projet j’étais chargée de projet digital. Ce projet m’a vraiment permis de développer des compétences en :

– Gestion de projet

– Développement web

– Web design

– Communication digitale

– Relation client

En parallèle, un mémoire doit être réalisé sur un sujet en lien avec l’entreprise et la formation réalisée. Ce mémoire est fait durant toute l’année et un oral de fin d’année l’évalue.

 

A quel profil la licence pro e-business s’adresse-t-elle ?

 

La licence s’adresse à des profils ayant réalisé des études en lien avec la communication et le marketing et intéressé pour les poursuivre dans cette direction. De plus une appétence pour le web est indispensable étant au cœur de cette formation. Si tu as un projet professionnel lié à ces matières et la volonté de faire de l’alternance en obtenant un diplôme reconnu par l’État cette formation est faite pour toi.

 

Mon avis sur la licence e-business 

 

Cette formation permet de se préparer et d’obtenir les bases nécessaires pour les métiers du web et de la communication digitale. Le plus de cette formation est que les intervenants sont de vrais professionnels, ils apportent de ce fait un point de vue réel sur les métiers. Cette licence demande également beaucoup d’autonomie, notamment sur les projets de groupe où les élèves doivent travailler ensemble pour atteindre les objectifs fixés.

Le gros plus de cette formation se trouve dans le fait qu’elle est réalisée en alternance, car ça permet de développer de vraies compétences professionnelles. Pour moi, le point négatif a davantage été sur le rythme de formation 1 semaine cours/1 semaine entreprise, car ça ne convenait pas au bon suivi de mes missions en entreprise. J’aurais préféré avoir 3j en entreprise/2 jours à l’école par exemple.

 

L’alternance chez l’annonceur en tant que chargée de communication 

 

J’ai réalisé mon alternance au sein du service de communication interne du Groupe APICIL, en tant qu’assistante de communication. J’avais pour mission l’animation de l’intranet, la rédaction d’articles, l’accompagnement dans le déploiement des outils collaboratifs, l’élaboration de visuels, et l’organisation événements internes.

Grâce à cette alternance j’ai découvert le fonctionnement d’un groupe, les process, la culture d’entreprise, la posture à adopter et le poste de chargé de communication. Cela m’a aussi permis de comprendre comment m’adresser à mes différents interlocuteurs et à devenir force de proposition dans mon service. J’ai aussi pu prendre confiance en moi et en mes compétences, et confirmer mon orientation.

Pendant cette année, étant dans un grand groupe j’ai eu l’opportunité de mettre en place une communauté des alternants regroupant les 80 alternants du Groupe. Grâce aux outils collaboratifs j’ai pu l’animer et organiser des événements pour créer du lien et échanger sur nos besoins communs.

De mon point de vue l’alternance demande une bonne organisation pour gérer les cours / l’entreprise, un sens de l’auto-formation pour s’adapter aux différentes missions, et beaucoup de volonté.

 

Pour quel profil cela s’adresse l’alternance :

 

l’alternance en communication s’adresse à des profils dynamiques, volontaires, investis naturellement communicants, sociables avec un bon sens du relationnel. La créativité rentre également en compte pour la création de visuels, les idées de conception et d’événements. La capacité d’adaptation également me paraît indispensable, dans le milieu de l’entreprise en général ainsi que l’ouverture d’esprit.

 

Avis / si c’était à refaire :

 

faire une formation en alternance a été le meilleur choix que j’ai fait durant mes études. C’est de mon point de vue la bonne façon de se préparer à entrer sur le marché du travail. La licence professionnelle m’a également permis de développer mes compétences. Le process de recrutement en école et en entreprise m’a obligé à me surpasser, développer mes capacités orales et ma qualité de persuasion. Je recommande cette voix pour tout étudiant qui à un projet professionnel développé ou l’envie d’apprendre sur le terrain pour se démarquer des autres.

 

Poursuite d’études – choix du master :

 

en début de licence j’ai anticipé le choix de poursuite d’études. Pour ma part, bien que déconseillée par la licence je savais que je voulais continuer en master. Pourquoi ? Car beaucoup d’entreprises et d’agences de communication privilégient les bacs+5, j’avais de mon point de vue encore des choses à apprendre et l’envie de continuer un cursus en alternance.

 

Comment ai-je choisi mon master ?

 

Avant de choisir une école et une formation, j’ai pris le temps de faire un point sur mon parcours, et j’ai défini mon projet professionnel à court et moyen terme. Je savais que je voulais me spécialiser en stratégie digitale / marketing digital / social media. Je voulais donc une formation pour des profils ayant déjà un background en communication et marketing, qui permettait de devenir expert. J’ai donc banni les formations trop généralistes ou je n’allais rien apprendre de nouveau. La partie digitale était pour moi indispensable pour se démarquer des profils de communicants classiques.

 

Ma méthode :

 

j’ai créé un tableau répertoriant les masters existants, mes critères, les rencontres, les témoignages étudiants… Cela m’a permis de comparer les masters. Ensuite, j’ai participé à des portes ouvertes, interrogé des étudiants de chaque école et écouté aussi mon intuition.

Après de bons retours des étudiants de l’École supérieure du digital, des discussions avec des intervenants et la vue du programme du Master expert en stratégie digitale j’ai choisi cette formation.

 

Nouveau master, nouvelle alternance :

 

Après avoir choisi mon Master, j’ai réfléchi à quelle prochaine expérience j’avais besoin pour améliorer mon profil et découvrir un nouvel univers. Je souhaitais réaliser ma prochaine expérience dans une plus petite structure, avec moins de hiérarchie et davantage de travail collaboratif, ainsi que plus de possibilités de création, de propositions et de responsabilité. J’ai créé mon site internet, mon blog d’actualité digitale en amont pour prouver mes compétences. Par la suite je l’ai partagé sur mon LinkedIn, ainsi qu’à l’ensemble de mon réseau et j’ai aussi partagé ma candidature sur des applications telles qu’Indeed, Monster…

Grâce à ces démarches j’ai reçu en 2 jours 8 propositions. J’ai accepté la proposition de l’agence de communication Accentonic, qui s’est vue convaincante, authentique et rapide. Elle s’est démarquée par son process rapide par rapport aux structures qui mettent en place des process de recrutement sur des semaines, voire des mois. De plus, travailler en agence de communication étant beaucoup plus polyvalent et à destination du client, c’était donc un véritable défi pour moi.

 

4)   Master expert en stratégie digitale / alternance en agence de communication

 

J’ai intégré cette année le master expert en stratégie digitale de l’École supérieure du digital à Lyon. Le rythme d’alternance est de 1j à l’école/4j en entreprise + 8 semaines de cours complètes réparties sur l’année. Les cours principaux sont le webmarketing, la communication digitale et la veille technologique et digitale. Nous avons également des cours de développement personnel et d’oral pour améliorer notre posture professionnelle. Nous apprenons également à utiliser l’ensemble de la suite Adobe ce qui me paraît essentiel, surtout quand on travaille en agence de communication.

Lors des cours d’une semaine dit « camp » nous travaillons en groupe de projet sur des thématiques précises, et bien souvent en groupe avec les autres masters. (Développement web, data, ux…) Ces camps nous permettent réellement de développer des compétences et d’obtenir des certifications concrètes utiles en entreprise.

 

La vraie valeur ajoutée de l’ESD (école supérieure du digital)

 

A mon sens, se trouve dans la qualité des profils des étudiants. J’apprends énormément de mes camarades qui ont chacun des spécialités différentes. J’ai même fait appel à eux en freelance pour des projets vidéo par exemple, en agence. De plus, nous avons pour la majorité d’entre nous des projets parallèles : blog, freelancing, micro-entreprise… Qui nous poussent à nous dépasser au quotidien !

 

Le master stratégie digitale pour quel profil ?

 

Je pense que ce master s’adresse à des profils ayant des expériences et des backgrounds en communication et marketing, avec un vrai attrait pour le digital et qui souhaitent se spécialiser pour devenir de véritables experts. Il peut s’adresser à des personnes travaillant en alternance chez l’annonceur ou en agence avec différentes spécialités. (Communication digitale, SEO, marketing digital etc.)

 

L’alternance en agence de communication digitale

 

J’ai commencé mon alternance en agence en septembre. Dès mon arrivée je me suis mise dans le bain en traitant des dossiers clients, en stratégie digitale et web design. Je me suis vite habituée car ça reprenait ce que j’avais appris en classe, et mes collègues mon également beaucoup accompagné. C’était un univers complètement différent de l’annonceur : moins de hiérarchie, moins de process, plus de productivité, un aspect d’avantage commercial et la gestion des clients. Aimant la variété, le dynamisme et la prise de responsabilité ça tout de suite été fait pour moi ! J’ai pu rapidement constater mes progrès sur la mise en place de stratégie, et sur les logiciels de PAO sur lesquels nous travaillons.

Je conseille de faire une alternance en agence de communication pour les étudiants de ce milieu, car ça permet de progresser rapidement sur les outils, les méthodes mais également de comprendre les enjeux clients et la version commerciale d’une agence.

5)    Projets parallèles : blog, freelance, meetup

 

Dans le milieu de la communication, il me paraît important en tant qu’étudiant de faire des projets parallèles aux études pour développer ses compétences, mais aussi pour se démarquer et se faire connaître.

 

Blog stratégie digitale – vie d’entreprise – actualités digitales

 

Lors de la fin de mon BTS et au début de ma licence j’ai commencé à développer mon projet de blog. J’étais frileuse mais je me suis lancée. J’ai créé un site WordPress, et rédigé mes premiers articles. Après avoir développé une stratégie Linkedin j’ai gagné en visibilité et pu échanger avec beaucoup de professionnels grâce à ce projet. Aujourd’hui, comme je le ferais pour un client je tiens un planning éditorial, réalise une veille quotidienne et rédige puis programme des posts chaque semaine. Ce blog m’apporte beaucoup et je ne pourrais plus m’en passer aujourd’hui. De plus, cela a fait une vraie différence auprès de mes recruteurs pendant ma recherche d’alternance.

 

Freelance – communication digitale

 

En communication nous sommes de plus en plus à être en freelance, y compris en plus de notre travail / stage / alternance. En effet, aujourd’hui le travail se faisant de plus en plus par projet nous avons besoin de service externe. En tant que freelance nous pouvons donc apporter cette valeur ajoutée, mais également réalisé des travaux en autodidacte pour des particuliers. Cela fait en plus, une source de revenus pour financer ses études.

 

Meetup – apprentissage et rencontre

 

J’ai régulièrement participé à des meetups dans le domaine du digital afin de développer mes compétences mais aussi pour rencontrer des professionnels en réel. Il est important de se constituer un réseau grâce à des outils comme LinkedIn oui, mais il me paraît aussi essentiel de rencontrer des personnes en vrai. Je conseille donc aux étudiants de participer régulièrement à ce type d’événement.

 

6)     Mes ambitions après mon master en stratégie digitale

 

Après mon master, j’aimerais partir travailler à l’étranger pour développer mes compétences en anglais, mais aussi pour enrichir ma culture.

Je veux bien sûr continuer à travailler dans le milieu de la communication en freelance et garder mon blog, pour rester dans ce domaine qui me passionne et continuer à progresser.

Par la suite j’aimerais intégrer une nouvelle agence de communication / web / publicité pour découvrir de nouvelles méthodes de travail et travailler sur des projets qui m’intéressent, en transmettant ma vision.

Enfin à long terme j’envisage de travailler de façon indépendante pour accompagner des projets qui représentent mes valeurs, mon éthique et ma vision.

J’aimerais également être intervenante en école pour transmettre mes savoirs, étant passionnée par mon domaine et la pédagogie, et pourquoi ne pas donner des conférences dans mon domaine.

 

CONCLUSION

 

Comme tout étudiant j’ai rencontré des obstacles, des questions : quelle orientation, quelle école, quel métier etc. Mais j’ai toujours trouvé des solutions, rebondi et réussi à atteindre mes objectifs y compris en prenant d’autres voix que celles dites « classiques ».

 

Et c’est là où vous les étudiants, je vous encourage à croire en vous, à ne pas vous laisser déstabiliser par des avis, mais plutôt à trouver des solutions pour atteindre vos buts. Interrogez des professionnels, des étudiants, allez sur le terrain n’ayez pas peur de vous lancer et faîtes ce qu’il vous plaît et non ce qu’on attend de vous.

 

Lorsque l’on s’investit vraiment dans ses projets, dans ses études nous réussissons à faire un métier, un projet, une mission qui nous rend heureux.

 

Contactez-moi pour toutes questions, ce sera avec plaisir que j’échangerai avec vous. Je pense également traiter vos questions sur des petits formats = 1 question : 1 article (ou une vidéo qui sait).

 

Clémentine Hédont – Étudiante / blogueuse / freelance – stratégie digitale.